21 Dec 2019, 00:00

Compiler et installer inadyn sous Debian Buster

J’ai besoin du logiciel inadyn pour mettre à jours mes enregistrements dyndns chez OVH.
La version de Inadyn packagée par Debian est trop ancienne, et non compatible avec OVH, contrairement aux versions plus récentes dispos sur github.

Compilation et installation

## Prérequis
sudo aptitude install wget libssl-dev libgnutls28-dev autoconf libconfuse2 libconfuse-dev checkinstall pkg-config

## Répertoires nécessaires pour checkinstall
sudo mkdir /usr/local/share/doc
sudo mkdir /usr/local/share/man
sudo mkdir /usr/local/share/doc/inadyn


## libite
wget -c https://github.com/troglobit/libite/releases/download/v2.1.0/libite-2.1.0.tar.xz
tar -xvf libite-2.1.0.tar.xz
cd libite-2.1.0/
./configure
make -j5
sudo checkinstall ## Valider avec entrée plusieurs fois ; modifier les valeurs si souhaité
sudo dpkg -i libite_2.1.0-1_amd64.deb
sudo ldconfig	


## inadyn
cd ..
wget -c https://github.com/troglobit/inadyn/releases/download/v2.5/inadyn-2.5.tar.xz
tar -xvf inadyn-2.5.tar.xz
cd inadyn-2.5/
./configure
make
checkinstall
sudo dpkg -i inadyn_2.5-1_amd64.deb

Fichier de conf

/etc/inadyn.conf

provider default@ovh.com {
    ssl         = true
    username    = monsite-admin
    password    = superpassword
    hostname    = {domaine.monsite.fr}
    checkip-command = /root/.local/bin/scripts/checkIP.sh
}

provider default@ovh.com:2 {
    ssl         = true
    username    = monsite-admin
    password    = superpassword
    hostname    = {autredomaine.monsite.fr}
    checkip-command = /root/.local/bin/scripts/checkIP.sh
}

Pour que les utilisateurs du serveur ne puissent lire les identifiants :

sudo chmod 600 /etc/inadyn.conf

On peut ajouter autant de hostname qu’on veut, en changeant le chiffre après default@ovh.com:.
Les username/password doivent être définis sur l’interface OVH.

Script de reconnaissance d’IP (checkIP.sh)

#!/bin/sh
curl ipecho.net/plain; echo

Chemin à mettre en concordance avec inadyn.conf.
Ne pas oublier de sudo chmod +x checkIP.sh.

Crontab

Je préfère lancer le programme ponctuellement et régulièrement via cron que de le laisser tourner en demon.
Voici mon entrée dans le crontab pour ce faire :

# Lance inadyn toutes les 5 minutes
*/5 * * * * /usr/local/sbin/inadyn -1 -f /etc/inadyn.conf > /dev/null 2>&1

06 Dec 2019, 00:00

Serveur OpenVPN ponté sous Debian Buster

Mentionné sans aucun password, en rajouter si désiré.
Prévu pour permettre un lien avec le réseau local distant, mais sans redirection de l’ensemble du trafic via VPN.

Préparation générale

apt install bridge-utils openvpn

Création de la PKI et des certificats/clés

cd /etc/openvpn
make-cadir easy-rsa/
cd easy-rsa
nano vars

Trouver les lignes qui définissent les noms de notre organisation et les modifier comme souhaité ;
Passer la taille de clés à 4096b ;
Changer le temps d’expiration par défaut du CA et des certificats en nombre de jours(ici, 10 ans)

set_var EASYRSA_REQ_COUNTRY    "FR"
set_var EASYRSA_REQ_PROVINCE   "IDF"
set_var EASYRSA_REQ_CITY       "Paris"
set_var EASYRSA_REQ_ORG        "Ma badass orga"
set_var EASYRSA_REQ_EMAIL      "me@example.net"
set_var EASYRSA_REQ_OU         "Mon OU qui déchire"

set_var EASYRSA_KEY_SIZE        4096

set_var EASYRSA_CA_EXPIRE       3600

set_var EASYRSA_CERT_EXPIRE     3600

Puis on lance toute la procédure

# Initier la PKI ;
# Supprime la PKI si déjà existante
./easyrsa init-pki

# Créer les params Diffie-Hellman
./easyrsa gen-dh

# Créer les fichier de l'autorité de certif
./easyrsa build-ca nopass  # nopass pour absence de mot de passe
# Génération et signature de la CSR (signing request) du server, avec définition du Common Name
./easyrsa gen-req mon-server-vpn nopass
./easyrsa sign-req server mon-server-vpn # le "server" indique le type
# Vérification si souhaitée
openssl verify -CAfile pki/ca.crt pki/issued/mon-server-vpn.crt

# Génération et signature d'un kit de connexion pour un client
./easyrsa gen-req mon-pc-client nopass
./easyrsa sign-req client mon-pc-client

Les certificats sont dans issued, les clés dans private.

Génération TLS
Ce fichier devra être présent sur chacun des clients

openvpn --genkey --secret ta.key
mv ta.key /etc/openvpn/easy-rsa/pki/

Réseau

Activer forward IPv4

echo 'net.ipv4.ip_forward = 1' >> /etc/sysctl.d/10-network.conf

Fichier /etc/network/interfaces qui crée le bridge et l’adaptateur TAP au démarrage ;
vérifier la cohérence des noms d’interface

auto lo
iface lo inet loopback

auto br0
iface br0 inet static
    pre-up openvpn --mktun --dev tap0
    post-down openvpn --rmmtun --dev tap0
    bridge_hw 00:22:aa:44:bb:cc
    bridge_ports eth0 tap0
    address 192.168.1.2
    netmask 255.255.255.0
    gateway 192.168.1.1

Les interfaces impliquées dans le bridge (eth0, tap0) n’ont pas besoin d’être configurées dans ce fichier.

Définition du fichier de conf du server

On peut récupérer le fichier d’exemple ainsi :

cd /etc/openvpn/server
cp /usr/share/doc/openvpn/examples/sample-config-files/server.conf.gz ./
gunzip ./server.conf.gz
mv server.conf mon-server-vpn.conf

En voici une version minimaliste, à mettre dans /etc/openvpn/server/ :

port 1194
proto udp
dev tap0 # doit être en accord avec le fichier interfaces
ca /etc/openvpn/easy-rsa/pki/ca.crt
cert /etc/openvpn/easy-rsa/pki/issued/mon-serveur-vpn.crt
key /etc/openvpn/easy-rsa/pki/private/mon-server-vpn.key  # This file should be kept secret
dh /etc/openvpn/easy-rsa/pki/dh.pem
server-bridge
keepalive 10 120
cipher AES-256-CBC
compress lz4-v2
persist-key
persist-tun
status /var/log/openvpn/openvpn-status.log
verb 3
explicit-exit-notify 1

# Pour TLS
tls-auth /etc/openvpn/easy-rsa/pki/ta.key 0  #" 0 pour le server, 1 pour les clients
#auth SHA256  ## ???

On peut vérifier qu’il se lance bien via

openvpn /etc/openvpn/server/mon-server-vpn.conf

Si “Initialization Completed”, c’est gagné.

Activation du service (donc démarrage automatique) via systemd

systemctl enable openvpn-server@mon-server-vpn.service

Le nom entre @ et .service doit correspondre au nom du fichier de configuration.

Client

Installer le client VPN souhaité selon la plateforme.
Le fichier de conf doit être en conformité avec le serveur.
Sous Windows, avec OpenVPN GUI, si on met les chemins complets, syntaxe de type :

"C:\\Users\\myuser\\OpenVPN\\ca.crt"

Si les fichiers sont dans le même dossier que la conf, on peut mettre simplement les noms de fichier.
Un fichier de conf client compatible avec le fichier de conf serveur ci-dessus :

client
dev tap
proto udp
remote example.com 1194
resolv-retry infinite
nobind
persist-key
persist-tun
ca ca.crt
cert mon-pc-client.crt
key mon-pc-client.key
cipher AES-256-CBC
compress lz4-v2
verb 3
tls-auth ta.key 1

Pour lancement auto via systemd :

systemctl enable openvpn-client@mon-pc-client.service

Révocation de certificat

cd /etc/openvpn/easy-rsa/
./easyrsa revoke mon-pc-client
./easyrsa gen-crl   ## Crée/update pki/crl.pem

## Ajouter le fichier dans la conf server
echo "crl-verify /etc/openvpn/easy-rsa/pki/crl.pem" >> /etc/openvpn/server/mon-server-vpn.conf

Puis restart le server ; la clé de mon-pc-client ne sera désormais plus acceptée.
Il faut relancer la commande ./easy-rsa gen-crl à chaque fois qu’un certificat est révoqué, pour mettre à jour le fichier crl.pem.

05 Mar 2019, 00:00

SPF et DMARC

Les enregistrements DNS de type SPF et DMARC servent à essayer d’assurer la bonne provenance d’un mail en identifiant l’IP du serveur qui a envoyé le message (SPF), et en définissant des attitudes à adopter dans le cas d’un échec (DMARC).
Il est aussi possible de signer cryptographiquement des messages (DKIM), mais ceci n’est pas couvert ici.

SPF

Un enregistrement spf est de type TXT, s’applique au (sous-)domaine dont on veut essayer de légitimer les mails. Il peut ressembler à ceci, pour example.com :

v=spf1 mx ip4:1.2.3.4 include:spf.fournisseurmailing.fr -all
  • v= déclare la version
  • mx déclare que tous les serveurs MX de example.com ont le droit d’envoyer des mails en tant que someone@example.com
  • ip4: déclare une adresse (ou une plage grâce à un masque) qui a le droit d’envoyer des mails
  • include: donne une (sous-)domaine sur lequel aller chercher un enregistrement spf qui déclarerait encore d’autres entrées.

Danc cet exemple, via l’entrée include, tous les serveurs que mon fournisseur de mailing-list a lui-même autorisé via le paramétrage spf de son domaine on le droit d’envoyer des mails en notre nom. On peut vérifier le contenu de ce spf via la commande dig TXT spf.fournisseurmailing.fr.

Le -all sert à définir strictement ces serveurs autorisés, voir cette page.

Dans un cas où il y’aurait besoin d’entrer beaucoup d’adresses ip différentes, cela peut ne pas rentrer dans un seul champ DNS. Il est alors possible de se créer un sous-domaine (par exemple spf.example.com), qui sera inclus dans le spf principal.
Par exemple, pour example.com :

v=spf1 mx ip4:1.2.3.4 ip4:5.6.7.8 ip4:9.10.11.12 include:spf.example.com -all

et pour spf.example.com

v=spf1 ip4:188.12.0.0/16 -all

pour autoriser les adresses IP 1.2.3.4 , 5.6.7.8 , 9.10.11.12 ainsi que toutes les adresses de type 188.12.X.X à envoyer des mails au nom de example.com

Attention, il ne faut toutefois pas déclencher plus 10 requêtes DNS pour évaluer le SPF (y compris les requêtes DNS provoquées par des entrées au sein d’un include).

DMARC

DMARC est apparu après, et a pour objectif de dire aux serveurs qui reçoivent des mails d’une adresse nous appartenant comment recouper les tests SPF et/où DKIM, et quelle action appliquer dans le cas d’un échec.

Ceci se fait également sous la forme d’une entrée DNS, qui doit être appliquée au domaine _dmarc.example.com, et est aussi une entrée TXT.

Elle peut ressembler à ceci :

v=DMARC1; p=quarantine; pct=100; sp=quarantine; aspf=s; adkim=r;
  • v= déclare la version
  • p= déclare la politique à appliquer en cas d’échec, pour une adresse du domaine. Peut être none, quarantine ou reject
  • pct= déclare le pourcentage de mails auxquels on doit appliquer ce filtrage (permet de l’appliquer au fur et à mesure)
  • sp= déclare la politique à appliquer en cas d’échec pour une adresse d’un sous-domaine
  • aspf= déclare l’alignement concernant SPF. Peut être r (relaxed) ou s (strict)
  • adkim= déclare l’alignement concernant DKIM.

Par défaut, le DMARC est passé lorsque soit DKIM soit SPF passe avec succès. Si l’un de ces 2 alignements est défini sur strict, alors il devra être passé avec succès pour que DMARC soit validé.

On peut aussi voir dans des mails une en-tête de type Authentication-Results qui contient les résultats d’un analyse ARC. Elle peut notamment contenir les chaînes dmarc=pass spf=pass dkim=none par exemple. Cette chaîne ARC peut être mise en place lors du transfert d’un mail (par ex liste de diffusion)

17 Feb 2019, 00:00

Forcer Firefox à accepter un coller d'une adresse mail même si le site l'interdit

Certains sites interdisent à un utilisateur de coller une adresse mail dans le champ prévu à cet effet.
N’étant plus un enfant, je souhaite pouvoir le faire malgré tout. Pour ceci :
about:config puis chercher la valeur dom.event.clipboardevents.enabled et la passer à “false”.

Source : https://www.pcastuces.com/pratique/astuces/4713.htm

23 Nov 2018, 00:00

Centre réseau qui n'est plus connecté

J’ai eu récemment un poste dont le Centre réseau et partage m’indiquait systématiquement comme non connecté, alors que le DHCP faisait son office correctement, et que la connexion fonctionnait. Il y avait systématiquement une croix rouge au lieu du symbole de connexion, et il était impossible de gérer les réseaux wifi. Après de longues recherches sur le net, c’est la commande suivante, en administrateur, qui a résolu le souci :

net localgroup Administrateurs localservice /add

11 May 2018, 00:00

Installer une interface réseau virtuelle sous Debian et utilisation par Virtualbox

Création de l’interface virtuelle

[EDIT] J’ai finalement opté pour un pont br0 qui associe dummy0 et une carte réseau physique eth1. Dans ces conditions, aucune des 2 cartes n’a d’adresse IP directement, seul br0 en possède une, et dummy0 peut rester en NOARP, cela ne genera pas la circulation des paquets.
br0 est toujours en up (contrairement à eth1 qui ne l’est pas si pas de cable branché, ce qui empeche de bridger une VM VBox dessus sans cable) et l’ARP est activé par défaut (contrairement à dummy0, ce qui empêche de bridger la VM VBox sur dummy0 sans scripter l’activation de l’ARP…)

La suite reste ici à titre informatif [/EDIT]

On ajoute ensuite une entrée dans le /etc/network/interfaces

auto dummy0
iface dummy0 inet static
    address 192.168.2.1
    netmask 255.255.255.0
    network 192.168.2.0
    broadcast 192.168.2.255

pour une adresse statique. On redémarre le service :

sudo service networking restart

et on vérifie que la carte est bien détectée avec sudo ifconfig dummy0, qui doit donner quelque chose comme ça :

dummy0: flags=195<UP,BROADCAST,RUNNING,NOARP>  mtu 1500
        inet 192.168.2.1  netmask 255.255.255.0  broadcast 192.168.2.255
        inet6 fe80::440f:8eff:fe69:4e35  prefixlen 64  scopeid 0x20<link>
        ether 46:0f:8e:69:4e:35  txqueuelen 1000  (Ethernet)
        RX packets 0  bytes 0 (0.0 B)
        RX errors 0  dropped 107  overruns 0  frame 0
        TX packets 606  bytes 43672 (42.6 KiB)
        TX errors 0  dropped 0 overruns 0  carrier 0  collisions 0

On voit qu’elle porte le flag NOARP, alors que l’arp est nécessaire pour pouvoir communiquer en ethernet. On tape donc

sudo ip l set dummy0 up arp on

On peut aussi, si on le souhaite, activer le flag multicast

sudo ip l set dummy0 up multicast on

La route vers le nouveau réseau est normalement configurée automatiquement.

Lien avec VirtualBox

Mon LAN principal est en 192.168.1.x.
Je souhaite mettre en place un réseau distinct derrière cette carte, qui aie sa propre plage IP (192.168.2.x) et serveur DHCP, pour faire des tests de serveur. Je souhaite toutefois que les VM dans ce réseau puissent avoir accès à mon LAN principal (et vice-versa), et à Internet.

Config dans VBox

Il suffit de paramétrer la carte réseau de la VM en accès ponté avec la carte dummy0.
Plusieurs VM peuvent être bridgées à cette interface, elles pourront toutes communiquer ensemble (comme autour d’un switch) ainsi qu’avec Internet via l’hôte.

Forward ipv4 et routage

Voir ce post.

Il faut activer le masquerading (NAT) sur les paquets sortant par l’interface eth0 (à adapter avec le nom de l’interface réseau principale, connectée à internet. Ainsi, les périphériques ne connaissant pas le réseau VBox auront l’impression que les requêtes viennent directement de l’hôte, connu.

sudo iptables -t nat -A POSTROUTING -o eth0 -j MASQUERADE

Cela suffit à donner au système invité un accès complet à routes les ressources LAN/Internet.

Sous Debian, les règles iptables sont défaut perdues au reboot. Le paquet iptables-persistent peut s’occuper de les sauvegarder et restaurer au démarrage.

Cependant, je souhaitais aussi que les machines de mon LAN principal puissent accéder à toutes les machines virtuelles de mon réseau VBox. Pour ceci, il faut utiliser une route qui va vers le réseau 192.168.2.0/24 et qui a pour passerelle l’ip de la machine hôte sur le réseau principal, par exemple en 192.168.1.x. Ainsi, n’importe quel machine du LAN physique pourra accéder à n’importe quelle machine du LAN virtuel.

Cette route doit être paramétrée en statique dans le routeur, et peut éventuellement être distribuée directement aux clients par DHCP. Tous les routeurs ne permettent hélas pas ces 2 possibilités.

06 Dec 2016, 00:00

Trouver des fichers en direct download grâce à google

Il suffit de faire une recherche google de ce type :

"nom a chercher" -inurl:(htm|html|php) intitle:"index of" +"last modified" +"parent directory"

Si on trouve une adresse intéressante, il suffit ensuite de lancer

wget -c -r --no-parent http://adresse-interessante.com/folder/

pour récupérer l’ensemble des fichiers (avec un peu de tri à faire)

17 Jul 2016, 00:00

Généralités réseau sous Linux

Depuis stretch, la commande ifconfig n’est plus installée par défaut. Pour la remettre :

sudo aptitude install net-tools

ping

On peut spécifier l’interface de départ d’une requête ICMP via l’option -I , par exemple

ping -I 10.88.2.1 10.88.0.64

Nom des interfaces réseau

Depuis Stretch, udev possède un mécanisme de noms prédictifs d’interfaces réseau, qui devient activé par défaut, et qui nous donne des noms de type enp6s0. Ceci peut se désactiver via un paramètre à donner à grub dans le fichier /etc/default/grub :

GRUB_CMDLINE_LINUX_DEFAULT="net.ifnames=0 biosdevname=0"

Source (qui explique plusieurs mécanismes réseau)

Une fois ce mécanisme supprimé, nous pouvons choisir le nom “standard” (eth0) que udev donnera aux interfaces réseau via le fichier /etc/udev/rules.d/70-persistent-net.rules

SUBSYSTEM=="net", ACTION=="add", DRIVERS=="?*", ATTR{address}=="1c:6f:65:4f:d1:d2", ATTR{dev_id}=="0x0", ATTR{type}=="1", KERNEL=="eth*", NAME="eth0"

Il suffit de modifier l’adresse mac et le nom souhaité pour qu’ils soient opérationnels au prochain boot.
(il peut éventuellement être nécessaire de update-initramfs -k all -u ?)

Interaction de Network-Manager avec /etc/network/interfaces

Depuis quelques versions, Network-Manager gère les connexions qui ont été fixées dans /etc/network/interfaces. Ceci peut s’avérer perturbant si on a besoin d’une connexion complètement fixe en parallèle de NM (par exemple pour du wifi en réseau secondaire). Ce comportement peut se désactiver. Pour ceci, il faut que le fichier /etc/NetworkManager/NetworkManager.conf contienne ceci :

[main]
plugins=ifupdown,keyfile

[ifupdown]
managed=false

Reconfiguration d’une interface réseau

Il m’est arrivé qu’une interface refuse de se reconfigurer selon les paramètres du fichier /etc/network/interfaces. La commande service networking restart renvoyait, de mémoire, “Interface non configurée”. Pareil avec ifup, ifdown.
Finalement, le problème a été résolu grâce à la commande

ip addr flush dev enp4s0

enp4s0 étant évidemment l’interface posant problème.

Création d’une interface virtuelle (dummy)

Cas simple

echo dummy >> /etc/modules Au chargement du module, un périphérique dummy0 est automatiquement créé, avec une adresse MAC aléatoire.

Si on veut nommer soi-même le périphérique

Comme l’adresse MAC change à chaque boot, on ne peut pas utiliser la méthode via Udev.
On peut donc créer un script qui va créer l’interface, et la renommer, et même changer l’adresse MAC

#!/bin/sh

ip link add dummy0 type dummy
ip link set name my-dummy dev dummy0
ip link set my-dummy address 02:01:02:03:04:08

Ce script peut être appelé manuellement, au boot, ou via le paramètre “pre-up” dans le fichier /etc/network/interfaces

Bridge via le fichier /etc/network/interfaces

Exemple pour une interface TAP (OpenVPN) :

auto my-bridge
iface my-bridge inet dhcp
    bridge_ports eth0 tap0
    pre-up openvpn --mktun --dev tap0
    bridge_hw 01:02:03:04:0:06 # non obligatoire
    post-down openvpn --rmtun --dev tap0
    allow-hotplug eth0

Exemple de pont entre une carte physique et une carte virtuelle

auto my-bridge
iface my-bridge inet static
    bridge_ports eth0 dummy0
    address 10.0.0.1
    netmask 255.255.255.0
    network 10.0.0.0
    broadcast 10.0.0.255
pre-up ip link add dummy0 type dummy
post-down ip link delete dummy0

Les interfaces réseau utilisées n’ont pas besoin d’être mentionnées ailleurs dans le fichier.
La mention “auto” sert à démarrer automatiquement la connexion. Si elle n’est pas mentionnée, il faudra ifup my-dev

Configuration sysctl

Pour que le système accepte de transférer les paquets d’un réseau vers un autre (si le poste est conecté à 2 réseaux), il faut activer le forxard IPv4. On peut le faire à la volée avec sudo sysctl -w net.ipv4.ip_forward=1, et le rendre persistent avec la commande (en root) echo 'net.ipv4.ip_forward = 1' >> /etc/sysctl.d/10-network.conf.

Pour désactiver l’IPv6, echo net.ipv6.conf.all.disable_ipv6=1 >> /etc/sysctl.d/10-network.conf.

03 Sep 2015, 00:00

OpenVPN en mode routé sous DD-WRT (build 13064)

Cet article décrit la mise en place d’un serveur OpenVPN configuré en mode routé (sous-réseau distinct) sous DD-WRT, build 13064.Cette build est assez ancienne, mais est la plus récente disponible pour mon WRT54GL. Les manips peuvent changer lors de versions plus récentes. Il ne couvrira que les aspects spécifiques à DD-WRT, et non la mise en place générale d’une structure PKI.

Il a pour but l’accès, à partir de l’extérieur, à tout l’intérieur d’un réseau LAN (pour l’accès aux ressources internes d’une entreprise par exemple). Il n’a PAS pour but la redirection complète du traffic réseau via VPN (usage en proxy). Par ailleurs, il part du principe qu’aucune de règle de pare-feu spécifique n’est déjà configuré.

Tout d’abord, sur un ordinateur, installer OpenVPN, Easy-RSA, et générer les clé et certificats pour le CA et le server, ainsi que les paramètres Diffie-Hellman.

Aller sur l’interface d’administration du routeur, Services -> VPN. Sous OpenVPN Daemon, cocher Enable. Pour le start-type, j’ai mis System car mon install est un peu particulière, et le routeur n’a pas de WAN (ce n’est qu’un bridge wifi). Il est toutefois souvent recommandé de cocher WAN Up.

Sous “Public Server Cert”, coller le ca.crt généré auparavant.

Sous “Certificate Revoke List”, coller le crl.pem.

Sous “Public Client Cert”, coller le server.crt.

Sous “Private Client Key”, coller le server.key.

Sous “DH PEM”, coller le dh2048.pem généré auparavant.

Sous OpenVPN config, coller ce qui suit :

	# if you want to add routes to your client
	# typically for acessing the LAN from the VPN
	push "route 192.168.1.0 255.255.255.0"

	 # definition of the VPN network
	server 10.89.0.0 255.255.255.0

	# tun for routed mode
	dev tun0
	# I always prefer UDP
	proto udp
	keepalive 10 120
	dh /tmp/openvpn/dh.pem
	ca /tmp/openvpn/ca.crt
	cert /tmp/openvpn/cert.pem
	key /tmp/openvpn/key.pem

	# you can choose other values, but it has to be in adequation with your client's config
	cipher AES-128-CBC
	comp-lzo

	# if you want VPN clients to be able to communicate together
	client-to-client

	# Only use crl-verify if you are using the revoke list
	# otherwise comment it out
	crl-verify /tmp/openvpn/ca.crl

	# management parameter allows DD-WRT's OpenVPN Status web page 
	# to access the server's management port
	# port must be 5001 for scripts embedded in firmware to work
	management localhost 5001

Cliquer sur Save, puis “Apply Settings”. On devrait alors voir, sous Status -> OpenVPN, que le serveur a bien démarré. Normalement, les clients peuvent désormais tous communiquer avec le serveur et avec les autres clients. Pour que les clients puissent communiquer avec l’intérieur du LAN cible, il faut rajouter la règle de pare-feu suivante :

	iptables -t nat -A POSTROUTING -o br0 -j MASQUERADE
	
	iptables -I INPUT 1 -p udp --dport 1194 -j ACCEPT
	iptables -I FORWARD -i br0 -o tun0 -j ACCEPT
	iptables -I FORWARD -i tun0 -o br0 -j ACCEPT

dans le cadre “Commands”, et cliquer sur Save Firewall.

Il n’y a ensuite plus qu’à configurer les clients. Voici un exemple de config fonctionnel avec les paramètres serveur ci-dessus :

client
dev tun
proto udp
remote my.domain 1194
resolv-retry infinite
nobind
persist-key
persist-tun
float

ca ca.crt
cert client.crt
key client.key
ns-cert-type server
cipher AES-128-CBC
comp-lzo
verb 2

07 Oct 2014, 00:00

Sauvegarder via Rsync un backup Time Machine

Lorsqu’on sauvegarde avec Time Machine sur un disque réseau (fonctionnement différent du disque local), les données sont stockées au format .sparsebundle, une image disque qui s’étend à volonté, et qui contient un plusieurs anciennes versions des fichiers. Bien qu’elle apparaisse en tant que fichier sous OSX, une image qu’on peut monter dans le Finder pour en lire/écrire le contenu, c’est en réalité un dossier, qui contient quelques petits fichiers descriptifs, et surtout un gros dossiers, bands, qui contient lui-même toutes les données de l’image, découpé en fichiers de 8,4 Mo. Seule une petite partie de ces fichiers est mise à jour lors d’une sauvegarde Time Machine, et seule cette petite partie sera synchronisée via Rsync (environ 300 Mo. Il va de soi qu’avoir une connexion avec un bon upload, dans le cas d’une sauvegarde réellement distante, est un gros plus.

L’idée du script qui va suivre est de, régulièrement :

  • déclencher une sauvegarde Time Machine
  • monter le volume de sauvegarde (volume réseau, appelé “Time Capsule” ici, bien que ce puisse être n’importe quel volume proprement configuré) sur un point de montage précis
  • synchroniser le point de montage via rsync, avec un serveur ssh (par définition n’importe où dans le monde)

Les prérequis sont :

  • avoir configuré, via GUI ou autre, Time Machine, et être sûr que le setup fonctionne correctement
  • avoir configuré la redirection de ports sur le routeur devant le serveur ssh
  • avoir une configuré une authentification ssh sur le serveur via clé, sans demande de mot de passe, pour pouvoir l’automatiser
  • savoir identifier la time capsule sur le réseau, y accéder via hostname et connaître un couple user/password valide pour la lecture des données
  • avoir désactivé la planification de Time Machine. Le script s’occupe de lancer la sauvegarde, et une MAJ du contenu du sparsebundle pendant la synchronisation distante via rsync pourrait créer une incohérence dans les données.
  • avoir une système de fichiers de destination (sur le serveur ssh) qui supporte les liens durs (hard-link). Typiquement ext4. Bien qu’on stocke du HFS+, il n’est pas nécessaire que cette destination sot en HFS+, car le .sparsebundle contient un système de fichier virtuel, qui s’occupe de conserver toutes les permissions/ACL/attributs étendus nécessaires.

Voici le script proprement dit, très inspiré de cet article, avec un bon paquet de code copié/collé. Cependant, je choisis de simplement conserver les x dernières versions de la sauvegarde. En effet, Time Machine s’occupe déjà de faire un historique régulier (journalier, mensuel, annuel etc), le but de cette sauvegarde est simplement de la déporter sur un site externe, tout en pouvant retrouver une ancienne version en cas de corruption des données Time Machine, et en conservant la facilté de restauration. Ainsi, avec le paramètre daystokeep=90, nous disposons de 3 mois d’historique du contenu de la Time Capsule.

#!/bin/sh

### VARS
  # local
identifier=`hostname`
# the following folder will store lock and log files
filesPath="/path/to/folder with spaces/"  # must contain the trailing /
logfile="${filesPath}${identifier}.log"
lockfile="${filesPath}${identifier}.lck"


  # TimeCapsule (source)
  # should match the Time Machine settings (via TM GUI)
  # name is the Zeroconf name provided in the "Time Capsule" tab within the Airport Utility, finishing by .local
  # for the actual Time Capsule, username seems to be indifferent, but you need the correct password
  # for any AFP share server, username have to be correct
tc_name="Time-Capsule.local"  # it never contains spaces
tc_share="Server Backups"
tc_user="timemachine"
  # if password contains a @ sign, replace it with %40. Spaces are OK.
tc_pw="password %40 TimeCapsule"
tc_mount_point="/Volumes/TC/"  # must contain the trailing /
  # this var could be retrieved from the hostname, but is not for the moment
tc_file_name="iMac de User.sparsebundle"


  # Remote disk (destination)
ssh_user='backupuser'
ssh_server='storage.mydomain.com'
ssh_port=1111
ssh_connect="${ssh_user}@${ssh_server} -p $ssh_port "
target="/path/to/folder/" # must contain the trailing /

###  END OF VARS



# Date for this backup.
date=`date '+%Y-%m-%d_%Hh%Mm'`
# Process ID for this backup
mypid=${$}

### Log beginning of the backup
echo "\n" >> "${logfile}"
if [ ! -d "$filesPath" ]
  then mkdir "$filesPath"
  echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] -- $filesPath was just created" >> "${logfile}"
fi

echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] -- backup started" >> "${logfile}"




###  Check if process is already running to avoid multiples backups at the same time
###  which could corrupt data
if [ -f "${lockfile}" ]
then
  # Lockfile already exists, check if it belongs to a running process
  read -r lockpid < "${lockfile}" #Read the first line which contains a PID
  if [ -z "`ps -p ${lockpid} | grep ${lockpid}`" ]
  then
	# The process doesn't exist anymore. Should there be an incomple folder, it will be removed at the end of the script.
	echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Lockfile for ghost process (PID: ${lockpid}) found, continuing backup." >> "${logfile}"
  else
	echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Lockfile '${lockfile}' for running process (PID: ${lockpid}) found, backup stopped." >> "${logfile}"
	exit 73 # can't create (user) output file
  fi
fi
# The lockfile doesn't exist or belongs to a ghost process, make or update it containing the current PID.
echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] -- Création du fichier lock" >> "${logfile}"
echo ${mypid} > "${lockfile}"


### Launch the Time Machine Backup
# On OSX 10.6, the command `/System/Library/CoreServices/backupd.bundle/Contents/Resources/backupd-helper` is a "BACKUP NOW" command
#On 10.7 and later, Apple introduced the `tmutil` command which would allow to do the same
echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Time Machine backup launched" >> "${logfile}"
/System/Library/CoreServices/backupd.bundle/Contents/Resources/backupd-helper

## The backupd-helper command quits before the save is really finished
## so we check the existence of the process 'backupd'
while [ `/bin/ps -arxo state,comm | /usr/bin/grep backupd | wc -l` -ne 0 ];
do
	echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Time Machine backup still working. Waiting 180 seconds" >> "${logfile}"
	sleep 180
done
echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Time Machine backup succeed !" >> "${logfile}"



### Check if the ssh connection can be made, a ssh keypair without keyphrase must exist.
ssh -q -q -o 'BatchMode=yes' -o 'ConnectTimeout 10' ${ssh_connect} exit &> /dev/null

if [ $? != 0 ]
then
  echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] SSH connection ${ssh_connect} failed." >> "${logfile}"

  # Remove lockfile
  rm -f "${lockfile}"

  exit 69 # service unavailable
fi
echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] SSH connection ${ssh_connect} succeed." >> "${logfile}"


### check if target exists
if ssh ${ssh_connect} "[ ! -d '${target}' ]"
then
  echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Target '${target}' does not exist, backup stopped." >> "${logfile}"

  # Remove lockfile
  rm -f "${lockfile}"

  exit 66 # cannot open input
fi



### Mount the TC volume on the Filesystem
# if mountpoint doesn't exists, we create it
[ -d "$tc_mount_point" ] || mkdir "$tc_mount_point"

# mount the network disc
/sbin/mount_afp "afp://${tc_user}:${tc_pw}@${tc_name}/${tc_share}" "${tc_mount_point}"

# wait for the network disk to be actually mounted
sleep 30

### Make the actual backup of the backup

# check folder for rsync logs
if [ ! -d "${filesPath}"rsync_logs ]
then
    mkdir "${filesPath}"rsync_logs
fi

  echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Rsync started." >> "${logfile}"

/usr/local/bin/rsync3 \
	-e "ssh -p $ssh_port" \
	--bwlimit=75 \
	--archive \
	--compress \
	--human-readable \
	--delete \
	"${tc_mount_point}${tc_file_name}" \
	"${ssh_user}@${ssh_server}:'${target}latest'" | tee -a "${filesPath}"rsync_logs/`date '+%Y-%m-%d_%Hh%Mm%S '

  echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Rsync finished." >> "${logfile}"



### Create "history" folder if it doesn't exists
if ssh ${ssh_connect} "[ ! -d '${target}history/' ]"
then
  ssh ${ssh_connect} "mkdir '${target}history'"
fi


### archive current backup
ssh ${ssh_connect} "cp -al '${target}latest' '${target}history/${date}'"

### Remove backups older than specified days
ssh ${ssh_connect} "$target/historyClean.sh"  # this file have to be created on the backup's destination. It is detailed at the end.

### Unmount the TC Volume
/sbin/umount "${tc_mount_point}"

echo `date '+%Y/%m/%d %H:%M:%S '` "[${mypid}] Remote backup successfully finished ! " >> "${logfile}"
# Remove lockfile, this must always be done at the latest moment possible to avoid conflicting processes.
rm -f "${lockfile}"

Et voilà le script historyCleaning, qui doit être mis directement sur la machine (Unix-like) qui contient les sauvegardes du backup Time Machine (par exemple un NAS Synology).

## VARS
target="/path/to/folder/"  # path to the backup's backup. Must match the one in the main script and contain the trailing slash
tc_file_name="iMac de User.sparsebundle"  # must match the one in the main script
daystokeep=200
## END OF VARS

## We search for backups older than daystokeep ; modification time is only on the hostname.sparsebundle folder, so we search it and then we truncate the path
find "$target"history/*/* -maxdepth 0 -type d -mtime +$daystokeep | sed "s#/$tc_file_name##" > $target/dirsToRemove.txt


## We delete each folder
for j in `cat "$target"dirsToRemove.txt`
do
	# it is advised to check if everything is ok
	echo $j
	# if ok, uncomment this line
	#rm -R $j
done